Articles

Christophe Botté: comme Guy Roux, mais en sens inverse

Image
Il a parcouru le même chemin que Guy Roux, mais en sens inverse  ! Christophe Botté est né à Auxerre, il a grandi dans l'Yonne et il s'est installé par la suite dans la région de Colmar, la ville natale du célèbre entraîneur de l'AJA. Il a ainsi troqué le chablis pour le riesling ou encore le pinot auxerrois, cépage au nom icaunais qui se cultive au pied des Vosges. A 50 ans, il dirige aujourd'hui la cave vinicole de Turckheim. Une grande maison avec ses 400 viticulteurs et ses plus de 1.400 hectares. Un détour par Bordeaux Un destin inattendu pour cet Icaunais que ChablisNews a rencontré récemment à Paris lors d'une toute aussi originale association entre mets italiens et vins alsaciens. "J'ai toujours eu la volonté de travailler dans le vin", confie-t-il entre deux bouchées de risotto à la truffe noire. Jusqu'ici, rien d'étonnant pour un Bourguignon. Ce qui l'est beaucoup plus, c'est son parcours: Christophe Botté part d'abord à B

Pour tout savoir su la biodynamie

Image
Longtemps, la biodynamie m'a intrigué, sans vraiment m'intéresser. J'avais été marqué par la lecture d'une chronique de l'écrivain américain Jay McInerney, intitulée "la biodnynamie est-elle une imposture?". Elle décrivait des vignerons enterrant des cornes de vaches pleines de bouse sous la pleine lune de novembre. Cet article m'a renvoyé à mon enfance passée a proximité du Goetheanum, le centre de Rudolf Steiner, et au sourire pas toujours poli que j'adressais à ceux qui prêchaient la bonne parole dans mon entourage.  Et puis, il y a eu le confinement, le premier, souvenez-vous quand nous étions barricadés chez nous. Par le plus grand des hasards, je me trouvais chez un caviste lorsqu'Edouard Philippe nous a ordonné de ne plus sortir. Je suis reparti avec quelques flacons de riesling de chez Albert Mann. Et quel immense bonheur à chaque fois renouvelé  à l'ouverture de l'une de ces bouteilles. Il y avait du fruit, de la tension et bea

Un chardonnay du Tonnerre

Image
Seul bourgogne à s'être hissé dans le top ten des meilleurs chardonnays du monde cette année, le Côte de Grisey 2019 du domaine Alain Mathias cache un secret de fabrication.   Lorsque je découvre le chai à Epineuil, à quelques pas de Tonnerre, je suis loin de m'imaginer que le secret se trouve sous mon nez, à peine caché par Bastien et Carole qui m'accueillent devant les fûts alignés derrière eux. Je ne me doute pas non plus que je m'apprête à traverser l'océan pour découvrir ses origines au coeur de l'hiver québécois. Un début infernal C'était en février 2016. Le jeune couple avait pris des vacances outre-Atlantique pour préparer leur mariage, l’un des rares moments positifs qu’ils retiendraient de cette année infernale. Ils s’apprêtaient à entamer leur première année complète à la tête du domaine. Alain, le père de Bastien, leur avait transmis le témoin au cours de l’année 2015. Un millésime solaire qui avait ravi le jeune couple. Tout avait si bien commen

Domaine Jean Dauvissat : quand biodynamie rime avec Chablis (et Milly)

Image
Mais où se cache Fabien Dauvissat ? Je pars à sa recherche sur les indications de sa grand-mère qui m’invite à m’aventurer seul dans le domaine. Il ne se trouve pas dans le hangar. Pas de trace de lui non plus à proximité des palettes prêtes à partir pour l’Australie, entreposées dans la magnifique cave voutée que je découvre au sous-sol. Le caveau de dégustation est désert. Les bouteilles des millésimes 2017 et 2018 vieillissent en paix dans la pénombre d’une cave plus petite. Soudain, un bruit de jet d’eau surgit du côté de la cuverie. « Fabien ? » Je fais face à une cuve qui amplifie le vacarme de l’eau qui s’écrase avec force sur l’inox. Un visage apparaît dans l’ouverture.  Il nettoie une cuve de 2018 qu’il vient de mettre en bouteilles et qui laisse un espace bienvenu au 2020 dont les vendanges sont anticipées pour la fin août déjà. Fabien se recroqueville pour s'extraire de la cuve et me salue avec un respect strict de la distanciation sociale en vigueur. Il

Camille Besson: jeune talent de Chablis

Image
A seulement 11 ans, elle rêvait déjà de devenir œnologue. Douze années plus tard, diplôme en poche, elle revenait à Chablis avec son frère Adrien pour métamorphoser le domaine Besson avec la bienveillance de son père. A l’automne dernier, elle a obtenu la consécration à Beaune en décrochant le trophée des "jeunes talents de Bourgogne". Le déclic s’est produit le jour où Camille Besson a découvert qu’elle aimait « tout ce qui avait un lien avec l’odorat et le goût ». Elle n’avait que 11 ans et elle se demandait déjà comment elle pourrait se faire sa place dans le monde du vin et des adultes. Elle s’est confiée à son père, Alain. « Il y-a-il un métier dans le vin qui met en valeur ces qualités-là ? », lui-a-t-elle demandé. « Bien sûr, œnologue », a-t-il répondu sobrement, sans imaginer un seul instant ce que ce mot savant allait déclencher chez sa fille. Camille et son père Alain Formation en cachette A l’âge où les enfants se tâtent, qu’ils s’imaginent p